19 Mythes et Mensonges sur le Cannabis (et le CBD)

par | Août 19, 2021 | Comprendre CBD

Aucune autre plante ne suscite autant de débats que la plante de cannabis.

Son utilisation et sa popularité à travers les âges ont conduit à ce qu’elle soit considérée comme un super médicament par certains, stigmatisée comme un mal pour la société par d’autres, et bien d’autres points de vue encore.

Malgré les progrès de la recherche et les preuves de plus en plus nombreuses qui soutiennent l’utilisation du cannabis bien être, plusieurs mythes et idées fausses persistent et gagnent occasionnellement du terrain dans les médias.

Certaines de ces histoires constituent un divertissement léger, tandis que d’autres nuisent malheureusement à la réputation du cannabis.

Ces mythes et idées fausses portent notamment sur la dangerosité de l’usage du cannabis, sa capacité à provoquer une dépendance, sa fonction de drogue d’initiation, etc.


Pourquoi Utiliser du CBD ?

View Results

Loading ... Loading ...

Sondage :

Le meilleur moyen de consommer du CBD c'est :

View Results

Loading ... Loading ...

1-Le cannabis peut vous tuer

23 Mythes et Mensonges sur le Cannabis (et le CBD)
Le cannabis est une plante originaire des régions équatoriales

On ne peut pas faire une overdose de cannabis comme on peut le faire avec d’autres drogues telles que les opioïdes.

Des études ont montré qu’une personne devrait consommer environ 453 kg par minute pendant 15 minutes pour faire une overdose mortelle de cannabis.

Cela représente 6 800 kg en 15 minutes, ce qui est hautement improbable.

2-Le cannabis provoque des lésions cérébrales

Bien que l’on ait constaté que la consommation de cannabis chez les adultes affecte les capacités motrices, la capacité d’attention et la mémoire à court terme d’une personne en état d’ébriété, on a constaté que les différences entre les fonctions cérébrales des gros consommateurs et celles des non-consommateurs sont minimes à long terme, les résultats étant bien meilleurs chez les consommateurs de cannabis que chez les gros consommateurs d’alcool et d’autres drogues illicites.

Une idée fausse largement répandue veut que le cannabis, comme l’alcool, puisse tuer les cellules du cerveau.

Cependant, une forte consommation d’alcool endommage l’extrémité des neurones, ce qui rend difficile la transmission des messages entre eux, mais ne tue pas les cellules du cerveau.

Le mythe du cannabis est né de quelques expériences animales tristement célèbres au cours desquelles des modifications structurelles auraient été observées dans les cellules cérébrales d’animaux exposés à de fortes doses de cannabis.

Malheureusement, certains continuent de citer la tristement célèbre étude de RG Heath sur deux singes rhésus, qui a depuis été discréditée.

En fait, des études ultérieures avec des contrôles plus rigoureux n’ont trouvé aucune preuve d’altération dans le cerveau des singes.

3-Le cannabis provoque des psychoses et des troubles bipolaires

C’est une affirmation très contestée à propos du cannabis.

Il ne fait aucun doute que certains consommateurs de cannabis ont connu la psychose.

Cependant, ce qui devient de plus en plus évident, c’est que ceux qui ont connu une certaine forme de psychose ont été reconnus comme ayant une prédisposition à cette maladie.

Cette prédisposition peut être liée à la constitution génétique d’une personne, à des antécédents de maltraitance infantile, à des blessures ou infections à la tête, à son statut socio-économique et à d’autres facteurs.

Bien que la plupart des experts s’accordent à dire que la consommation de cannabis ne déclenche pas à elle seule une psychose ou des troubles tels que le trouble bipolaire, il est possible qu’elle déclenche une psychose chez les personnes qui en sont déjà atteintes.

Des études ont également montré que le cannabis est la drogue dont on abuse le plus souvent chez les personnes diagnostiquées comme souffrant de troubles bipolaires.

Cet abus de cannabis augmente les risques de réaction indésirable au fil du temps.

En revanche, la recherche montre aujourd’hui que le cannabis médicinal a un rôle à jouer dans la stabilisation de l’humeur d’un patient et dans l’atténuation des symptômes de la dépression.

4-Le vapotage est aussi mauvais que le tabagisme

23 Mythes et Mensonges sur le Cannabis (et le CBD)
on peut mettre du e-liquide à base de cbd dans les cigarettes electronique

Fumer n’est pas accepté comme une méthode d’administration satisfaisante pour tout médicament par la communauté médicale.

Alors que les dangers de fumer du cannabis sont contestés, la vaporisation est considérée comme un moyen plus sûr de consommer du cannabis. La vaporisation brûle le cannabis en dessous de sa température de combustion et ne produit donc pas de fumée, ce qui permet à l’utilisateur de consommer du cannabis comme il le ferait avec d’autres méthodes d’administration telles que les huiles, les gélules et les comprimés.

La récente vague de décès dus à l’utilisation de vaporisateurs à des fins récréatives était le résultat de vaporisateurs mal construits contenant des produits chimiques toxiques inconnus.

Ces décès étaient dus à des opérateurs non agréés travaillant en dehors de l’environnement réglementaire et sans processus de fabrication appropriés.

Les fabricants de cannabis médicinal agréés travaillent selon des normes strictes qui garantissent la composition de chaque vaporisateur et son contenu.

Ils ne créent pas de produits dangereux pour le public.

5-Le cannabis synthétique est meilleur que le cannabis naturel

Cette idée fausse comporte deux éléments.

Le cannabis synthétique produit à des fins médicinales dans un laboratoire selon les normes de bonnes pratiques de fabrication (BPF) peut être utilisé en toute sécurité.

Chaque lot produit est testé pour s’assurer qu’il ne contient que ce qui est écrit sur l’étiquette.

En revanche, le cannabis synthétique produit à des fins récréatives sans les contrôles et les mesures nécessaires peut être dangereux et doit être évité.

Ces produits sont fabriqués en masse selon un processus qui produit un liquide qui est mélangé à de la végétation sèche dans le but d’être fumé. L’ensemble du processus se déroule sans précision ni exactitude.

Un lot peut se composer de plusieurs paquets dont la composition est très différente.

Les tests effectués par les autorités américaines après le décès de plusieurs personnes ont révélé la présence d’agents externes tels que des matières fécales, de la mort-aux-rats et des opioïdes dangereux.

En ce qui concerne l’usage récréatif, la capacité de la plante de cannabis à intoxiquer par le THC est compensée, dans une certaine mesure, par la capacité du CBD à détendre et à prévenir la paranoïa.

La création d’un produit synthétique utile contenant uniquement du THC est possible dans un laboratoire aux normes BPF, mais dangereuse dans le cas contraire.

6-Tous les produits à base de cannabis vous font planer

Ce n’est tout simplement pas vrai et c’est un vestige de l’alarmisme utilisé autrefois par les partisans de l’anti-cannabis.

Heureusement, une meilleure éducation du public a été entreprise dans la plupart des pays légalisant le cannabis médicinal et les gens sont plus conscients que c’est le cannabinoïde THC qui a des propriétés psychoactives et non d’autres comme le CBD.

Le nombre croissant de produits contenant du CBD devient populaire, notamment parce qu’ils n’ont pas de propriétés psychoactives.

7-Les formes comestibles de cannabis sont le produit du cannabis le moins psychoactif

Les formes comestibles de cannabis peuvent se présenter sous la forme de sucettes, de chocolats et autres sucreries.

Cela donne à certaines personnes l’impression qu’elles contiennent de faibles doses de THC.

En fait, l’huile de cannabis sous forme de concentré est utilisée dans les produits comestibles et peut conduire à des produits contenant de fortes doses de THC.

Cela signifie qu’il faut prendre soin, lors du processus de production, de s’assurer que le concentré est réparti de manière homogène et testé.

Sinon, cela peut conduire à des produits à très forte dose qui peuvent provoquer des réactions indésirables.

En outre, les produits comestibles mettent beaucoup plus de temps à être absorbés dans le sang, ce qui peut amener certaines personnes à penser que le produit n’a pas fonctionné et à choisir de consommer un deuxième avant que le premier ne fasse effet.

La présence de deux fortes doses de THC dans l’organisme peut, dans certains cas, entraîner des réactions indésirables telles qu’une chute soudaine de la tension artérielle et des crises de panique.

Il convient d’être prudent avec les produits comestibles à base de cannabis.

8-Le cannabis crée une dépendance

Il s’agit d’une autre idée fausse sur la consommation de cannabis à des fins récréatives, qui repose sur des statistiques variables et souvent peu fiables.

Il convient de noter que les risques de développer un trouble de la consommation de cannabis à des fins médicinales sont minimes.

Le titrage des doses et les consultations régulières avec un professionnel de la santé permettent de s’assurer que le patient ne prend que ce dont il a besoin pour son état et les niveaux de THC sont inférieurs à ceux trouvés dans le cannabis à usage récréatif, à quelques exceptions près.

Étant donné que le cannabis a été utilisé sans danger par rapport aux opioïdes, les risques d’effets indésirables liés à la dépendance sont peu probables.

L’Institut national américain sur l’abus des drogues affirme que l’usage récréatif du cannabis peut conduire au développement d’un usage problématique, connu sous le nom de trouble de l’usage du cannabis, qui, dans les cas les plus graves, peut prendre la forme d’une dépendance.

Les estimations montrent qu’environ 7 à 9 % des consommateurs de cannabis développeront un trouble de l’usage du cannabis. Toutefois, les personnes qui commencent à consommer du cannabis avant l’âge de 18 ans sont quatre à sept fois plus susceptibles de développer un trouble lié à l’usage du cannabis que celles qui commencent à consommer plus tard dans leur vie, ce qui signifie que la statistique de 7 à 9 % est beaucoup plus faible pour les personnes qui commencent à consommer à l’âge adulte.

Pour replacer ces chiffres dans leur contexte, environ 15 % des consommateurs de cocaïne et 24 % des consommateurs d’héroïne deviennent cliniquement dépendants.

9-Le cannabis est une drogue d’initiation

23 Mythes et Mensonges sur le Cannabis (et le CBD)
Le cannabis est une drogue

Le cannabis est la drogue illicite la plus largement utilisée et la plus disponible dans le monde.

Il n’est donc pas rare qu’il soit la première drogue consommée par de nombreuses personnes, même si beaucoup de consommateurs de cannabis ont d’abord essayé la nicotine et/ou l’alcool.

Il est logique que ceux qui veulent consommer d’autres drogues aient d’abord essayé le cannabis ; toutefois, cela ne signifie pas qu’il y ait un lien de cause à effet.

En fait, il y a plus de personnes qui essaient le cannabis et arrêtent de consommer d’autres drogues que celles qui passent à d’autres drogues comme la cocaïne et l’héroïne.

Corrélation n’est pas synonyme de causalité.

La propension et la volonté d’essayer des drogues signifient que ceux qui passent à d’autres drogues dures après le cannabis auraient essayé ces drogues plus tôt si elles étaient disponibles.

Le faible pourcentage de consommateurs de drogues dures par rapport au pourcentage nettement plus élevé de consommateurs de cannabis vient étayer l’affirmation selon laquelle le cannabis n’est pas une drogue d’introduction.

La situation du cannabis médicinal montre une probabilité encore plus faible que les patients l’utilisent comme une drogue d’introduction.

En effet, de nombreux patients sont passés au cannabis médicinal après avoir enduré de nombreuses années de consommation d’opioïdes et parfois de dépendance aux opioïdes.

L’historique d’utilisation sans danger fait du cannabis médicinal une transition idéale pour s’éloigner des opioïdes dangereux.

10-Vous pouvez déjouer un test de dépistage du cannabis

On trouve sur Internet de nombreuses histoires populaires sur la manière de déjouer un test de dépistage de drogues.

À part l’échange d’échantillons d’urine, il n’existe aucun moyen de déjouer un test d’urine sans éveiller les soupçons des testeurs.

Les tests de dépistage de drogues ne recherchent que les niveaux de THC et non d’autres cannabinoïdes comme le cannabidiol.

Le THC se lie aux cellules graisseuses du corps et met donc plus de temps à sortir du corps que d’autres drogues dures comme la cocaïne, l’héroïne et les méthamphétamines.

Il n’y a pas de règle spécifique à suivre pour prédire combien de temps le THC restera dans votre corps et chaque personne est différente.

Les facteurs variables comprennent la fréquence de consommation du THC (à des fins médicales ou récréatives), sa concentration, la quantité de graisse corporelle d’une personne et ses habitudes de vie, ainsi que le type de test de dépistage de drogues effectué.

Les tests d’urine peuvent détecter le THC jusqu’à environ 30 jours après la dernière consommation pour un consommateur régulier et environ trois à quatre jours pour une personne qui ne consomme du cannabis que quelques fois par an.

Les tests de salive ne permettent généralement de détecter le THC que jusqu’à 24 heures après la dernière consommation, bien que de nouvelles technologies permettent aujourd’hui de détecter jusqu’à 72 heures.

Les tests capillaires sont les plus sensibles et peuvent détecter le THC jusqu’à trois mois après la dernière consommation.

Il n’existe pas de méthode connue pour déjouer un test d’urine sans éveiller les soupçons.

La consommation d’un excès d’eau ou d’autres liquides pour diluer un échantillon est facilement détectée et le mythe de l’exercice physique juste avant un test ne servira qu’à augmenter le niveau de THC, car le métabolisme du corps travaille à libérer le THC des cellules graisseuses pendant un exercice intense.

L’argent dépensé en kits pour déjouer les tests de dépistage de drogues est gaspillé car les laboratoires d’analyse testent désormais la dilution et d’autres agents.

11-Idées fausses sur la différence entre le chanvre et le cannabis

Il existe de nombreuses idées fausses sur le chanvre et sa relation avec le cannabis. En voici quelques-unes :

Le chanvre est une espèce végétale différente du cannabis ;
Le chanvre est la plante mâle et le cannabis est la plante femelle ; et
Les médicaments dérivés du chanvre (comme le cannabidiol) sont différents de ceux du cannabis.
Toutes ces affirmations sont incorrectes.

Le chanvre est un cultivar de cannabis sativa.

Par conséquent, le chanvre est une plante de cannabis.

La seule différence est que le chanvre contient de très faibles traces de THC (généralement bien en dessous de 1% de THC).

Les plantes de chanvre et de cannabis peuvent être mâles ou femelles.

La grande différence est que seuls les plantes de cannabis femelles sont utilisés pour extraire les cannabinoïdes de la fleur (à des fins médicinales ou récréatives), alors que les plantes de chanvre mâles et femelles sont utilisés, en fonction de ce que l’on veut produire.

La fibre de chanvre est utilisée à des fins industrielles et ses graines sont utilisées dans des produits alimentaires.

Une autre idée fausse est qu’en cultivant du chanvre, on peut extraire autant de CBD que de plantes de cannabis.

En vertu du droit international, seuls les dérivés cannabinoïdes extraits de la tige ou de la graine sont autorisés.

Si le CBD extrait des sommités fleuries des plantes de chanvre peut être légal dans certains États américains, l’importation de ces produits est interdite dans la plupart des nations et par la Convention unique.

L’augmentation des tests effectués par les agences fédérales conduit aujourd’hui à de fortes amendes et à des poursuites pénales à l’encontre des importateurs et des détaillants de ces types de produits.

12-La cannabis améliore la créativité

Comme pour le mythe de la drogue d’initiation, la corrélation ne signifie pas la causalité.

Si de nombreux artistes, écrivains et musiciens ont consommé de la marijuana, celle-ci ne rend pas vraiment plus créatif.

Une étude a donné à des participants différentes doses de THC et leur a demandé de résoudre une série de problèmes divergents et convergents pour tester leur créativité.

Les participants ayant reçu la plus forte dose de THC ont obtenu les pires résultats, et aucun des groupes n’a obtenu de meilleurs résultats que les participants n’ayant pas reçu de THC.

Toutefois, l’étude a révélé que les personnes ayant reçu des doses plus élevées de THC se croyaient plus créatives.

La véritable créativité exige une production créative importante et une connectivité élevée entre les différentes parties du cerveau, et la marijuana ne favorise ni l’une ni l’autre.

13- Le cannabis ne nuit pas à vos poumons

La marijuana est le plus souvent fumée, mais en général, les gens ne croient pas qu’elle soit mauvaise pour les poumons.

Cependant, l’inhalation de fumée est mauvaise pour vos poumons, qu’il s’agisse de la fumée de cigarettes ou de celle d’un feu de camp.

La fumée de marijuana contient un grand nombre des mêmes substances cancérigènes que la fumée de cigarette.

Fumer régulièrement de la marijuana peut entraîner une bronchite chronique et un risque accru d’infection respiratoire.

Malgré ce risque potentiel pour les poumons, les gens consomment généralement la marijuana différemment des cigarettes.

Peu de gens fument l’équivalent d’un paquet de marijuana par jour.

Cependant, lorsque les gens fument de la marijuana, ils la gardent généralement plus longtemps dans leurs poumons, ce qui augmente l’exposition.

14-Retenir un coup vous fait monter

23 Mythes et Mensonges sur le Cannabis (et le CBD)
Le cannabis a des effets, réversibles, sur le psychisme pendant 2 à 10 heures

Nous avons tous entendu cela et l’avons probablement fait.

Le fait de retenir votre fumée peut vous faire sentir plus haut, mais pas à cause du cannabis.

Lorsque vous privez votre cerveau d’oxygène, il en résulte une sensation d’étourdissement, qui pourrait vous faire sentir plus haut.

Des recherches ont montré que 95 % du THC est absorbé dans les premières secondes de l’inhalation. Ne retenez donc pas votre respiration car cela ne fera pas une grande différence.

15-Les fumeurs de cannabis sont paresseux

Une idée fausse très répandue sur les consommateurs de cannabis est qu’ils sont paresseux.

Cette idée fausse provient des films de stoner et de la propagande qui dépeignent les individus comme tels.

L’industrie du cannabis est devenue une industrie de plusieurs milliards de dollars parce que les consommateurs de cannabis ne sont pas paresseux ; au contraire, ce sont des lobbyistes et des entrepreneurs.

De plus, aucune preuve ne suggère que la consommation de cannabis est associée à une faible motivation ou intelligence.

16-Les indicas sont sédatives et les sativas sont stimulantes

La croyance selon laquelle les indicas et les sativas produisent deux effets distincts est une idée fausse à laquelle beaucoup croient encore.

Pour trouver une variété qui vous procurera l’effet désiré, vous devez regarder au-delà de l’indica et du sativa et plutôt regarder les ingrédients chimiques qui composent cette variété.

Si vous êtes à la recherche d’un effet spécifique, regardez les terpènes et les cannabinoïdes qui composent la variété.

17-Le CBD n’est pas psychoactif.

Le CBD ne produit pas les effets psychoactifs du THC, mais il peut modifier votre humeur, c’est pourquoi on ne peut pas dire que le CBD est non psychoactif.

Il est plutôt considéré comme non intoxicant.

18-La consommation de CBD entraînera un échec au test de dépistage de drogues.

Le CBD pur contient 0,2 % de THC ou moins et ne contient donc pas assez de THC pour provoquer des effets psychoactifs comme ceux observés avec le THC.

Le CBD pur ne devrait pas vous faire échouer à un test de dépistage de drogues.

23 Mythes et Mensonges sur le Cannabis (et le CBD)
De l’huile de cbd

Toutefois, il est arrivé que des personnes échouent à des tests de dépistage de drogues après avoir consommé du CBD.

Cela peut être dû à un certain nombre de facteurs, notamment au fait que le CBD n’est pas bien réglementé et que certains fabricants produisent du CBD avec une concentration plus élevée de THC.

En outre, le THC est liposoluble et, lorsqu’il est ingéré, il peut s’accumuler dans les tissus adipeux de votre corps et déclencher un test faussement positif.

Si vous avez peur d’échouer à un test de dépistage de drogues, assurez-vous d’acheter votre CBD auprès d’une source fiable et transparente, qui fournit aux consommateurs un certificat d’analyse.

Vous pouvez voir dans cette article : Les meilleures huiles de CBD (cette année)

19-Le THC est le mauvais, le CBD est le médical.

Très souvent, en tant que consultants en cannabis médical, nous entendons nos patients nous dire que le THC est uniquement utilisé à des fins récréatives et que le CBD est uniquement médical.

Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité et est peut-être un sous-produit de la prohibition du cannabis.

De nombreux patients nous disent qu’ils ne veulent pas du tout de THC ou qu’on leur a dit de l’éviter complètement parce qu’il ne sert qu’à « planer ». Bien que le THC puisse provoquer une intoxication, cela ne se produit que lorsque de grandes quantités sont consommées et qu’il travaille dans tout le cerveau à la recherche de quelque chose à faire.

Lorsqu’il n’y a pas de douleur ou de symptômes à soulager par le THC, on obtient généralement un effet d’intoxication.

Toutefois, si vous consommez du THC en même temps que du CBD, vous serez davantage soulagé que si vous n’aviez pas de THC du tout, car les deux produits renforcent leurs effets respectifs.

Nous avons des récepteurs dans tout notre système endocannabinoïde pour le THC et le CBD, ce qui signifie que ce n’est pas un corps étranger pour nous.

Notre corps produit des composés qui sont similaires à ceux que l’on trouve dans la plante de cannabis.

Les récepteurs CB1 se trouvent dans tout le cerveau et lorsque le THC se lie à eux, il peut modifier la façon dont nous percevons la douleur et potentiellement aider à réduire la douleur liée aux nerfs, tout en transportant le CBD à travers notre système immunitaire.

Les récepteurs CB2 se trouvent dans tout notre système immunitaire et c’est à eux que se lie le CBD, ce qui peut potentiellement soulager les symptômes associés à l’anxiété, à l’inflammation et à de nombreuses autres affections.

Trouvez ici : Le CBD est il Halal ou Haram ? (selon l’islam)


Sondage :

Pourquoi Utiliser du CBD ?

View Results

Loading ... Loading ...

Vous hésitez encore ?
Vous ne savez pas quel produit choisir ?




Qu’en pensez vous ?
Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous

5/5 - (1 vote)

Apprendre

Articles recommandés

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

#cbdshopcalao

Livraison offerte

Dès 60€ d'achat

Paiement sécurisé

Garantie de sécurité

100% Satisfait

Avis garantis

Service client

Service client disponible

0
0
Votre panier
Votre panier est videRetourner sur la boutique