Votre CBD PREMIUM : Bio, Français, Ethique / Aujourdhui : -10% sur votre première commande avec le code « Calao10 » – Livraison rapide

Sevrage cannabique : Symptômes, Prévention, Traitement et…

par | Juin 16, 2022 | CBD santé

Les partisans du cannabis rejettent généralement l’idée qu’il existe un syndrome de sevrage du cannabis.

On entend régulièrement des déclarations telles que : « J’ai fumé de l’herbe tous les jours pendant 30 ans et j’ai arrêté sans problème.

Ce n’est pas une dépendance ». Certains chercheurs sur le cannabis, en revanche, décrivent de graves symptômes de sevrage pouvant inclure :

  • l’agressivité,
  • la colère,
  • l’irritabilité,
  • l’anxiété,
  • l’insomnie,
  • l’anorexie,
  • la dépression,
  • l’agitation,
  • les maux de tête,
  • les vomissements
  • et les douleurs abdominales.

Compte tenu de cette longue liste de symptômes de sevrage, il est étonnant que quiconque tente de réduire ou d’arrêter sa consommation de cannabis.

Pourquoi y a-t-il un tel décalage entre les conclusions des chercheurs et la réalité vécue par les consommateurs de cannabis ?

Une nouvelle recherche met en évidence les problèmes de sevrage

Sevrage cannabique : Symptomes, Prévention, Traitement et…
Le sevrage de la marijuana survient chez les personnes qui en consomment quotidiennement ou presque pendant au moins quelques mois.

Une récente méta-analyse publiée indique que la prévalence globale du syndrome de sevrage du cannabis est de 47 % chez les « personnes ayant une consommation régulière ou dépendante de cannabinoïdes ».

Les auteurs de l’étude tirent la sonnette d’alarme sur le fait que « de nombreux professionnels et membres du grand public peuvent ne pas être conscients du syndrome de sevrage du cannabis, ce qui peut entraîner une confusion sur les bienfaits du cannabis pour traiter ou automédicamenter les symptômes des troubles anxieux ou dépressifs. »

En d’autres termes, de nombreux patients utilisant le cannabis médical pour « traiter » leurs symptômes sont simplement pris dans un cycle d’auto-traitement de leur sevrage au cannabis.

Est-il possible que près de la moitié des consommateurs de cannabis connaissent en réalité un syndrome de sevrage sévère, au point de se faire passer pour un usage médical de la marijuana, et qu’ils ne le sachent pas ?

Malheureusement, l’étude publiée ne semble pas particulièrement généralisable aux véritables consommateurs de cannabis.

Cette étude est une méta-analyse : une étude qui inclut de nombreuses études jugées suffisamment similaires pour être regroupées, afin d’augmenter la puissance numérique de l’étude et, idéalement, la force des conclusions.

Les auteurs ont inclus des études qui remontent jusqu’au milieu des années 1990, une époque où le cannabis était illégal, de puissance différente, et où il n’y avait pas de choix ou de contrôle sur les variétés ou les compositions de cannabinoïdes, comme c’est le cas aujourd’hui.

L’une des études de la méta-analyse portait sur des « patients hospitalisés dépendants du cannabis » dans un hôpital psychiatrique allemand, où 118 patients étaient désintoxiqués du cannabis.

Les symptômes de sevrage du cannabis sont réels

Sevrage cannabique : Symptomes, Prévention, Traitement et…
Après avoir consommé fréquemment de la marijuana ou du cannabis, les gens peuvent ressentir des symptômes de sevrage lorsqu’ils arrêtent.

Tout cela ne veut pas dire que le syndrome de sevrage du cannabis n’existe pas.

Il ne met pas la vie en danger et n’est pas médicalement dangereux, mais il existe bel et bien.

Il est tout à fait logique qu’il y ait un syndrome de sevrage car, comme c’est le cas pour de nombreux autres médicaments, si vous consommez du cannabis tous les jours, les récepteurs naturels par lesquels le cannabis agit sur le corps se « dérégulent », ou s’amenuisent, en réponse à une stimulation externe chronique.

Lorsque la substance chimique externe est retirée après un usage prolongé, le corps est laissé en plan et obligé de compter sur les réserves naturelles de ces substances chimiques, mais il faut du temps pour que les récepteurs naturels retrouvent leur niveau de base.

Voici les trois faits essentiels que vous devriez savoir sur le sevrage de la marijuana :

Le cannabis peut entraîner une dépendance.

Les scientifiques cherchent encore à comprendre exactement comment le cannabis entraîne une dépendance chez les consommateurs réguliers, mais il est probable que cela ait un rapport avec le tétrahydrocannabinol (THC) , le principal ingrédient psychoactif de la plante.

« Le mécanisme n’est pas entièrement compris, mais généralement, lorsque le corps est inondé de THC, il élimine certains des récepteurs avec lesquels le THC se lie », explique un docteur et président de l’Association des spécialistes des cannabinoïdes.

« C’est ce qu’on appelle la régulation à la baisse ».

Il ajoute que le rôle principal de ces récepteurs n’est pas d’accueillir le THC mais plutôt d’interagir avec les cannabinoïdes que notre corps produit naturellement.

Ces derniers sont connus sous le nom d’endocannabinoïdes.

« Donc si vous supprimez certains de ces récepteurs parce qu’il y a trop de THC en circulation, il se peut qu’il n’y ait plus assez de récepteurs pour les endocannabinoïdes », explique-t-il.

« Cela entraînerait des symptômes de sevrage.

Heureusement, ces récepteurs reviendront si le flot de THC est réduit à des niveaux plus raisonnables. »

Près de la moitié des consommateurs réguliers de marijuana connaissent un état de manque.

Une revue de 2020 publiée rapporte que le syndrome de sevrage du cannabis touche 47% des consommateurs « réguliers ou dépendants » de cannabis.

Selon la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), une personne est dite atteinte du syndrome de sevrage du cannabis si elle présente au moins trois des symptômes suivants dans les sept jours suivant la réduction de sa consommation de cannabis :

  • Irritabilité, colère ou agressivité
  • Nervosité ou anxiété
  • troubles du sommeil
  • Changements d’appétit ou de poids
  • Agitation
  • Humeur dépressive
  • Symptômes physiques tels que transpiration, maux de tête, nausées, vomissements ou douleurs abdominales.

Vous pouvez éviter le sevrage de la marijuana.

Sevrage cannabique : Symptomes, Prévention, Traitement et…
La consommation régulière de marijuana peut entraîner une dépendance.

« La meilleure approche pour traiter ces problèmes est de les éviter en premier lieu », explique le Docteur.

« Le cannabis peut être utilisé comme médicament à très faible dose, et à ce niveau, la dépendance et le sevrage ne sont pas un problème.

Ce n’est qu’avec des doses excessives plus élevées que nous voyons des problèmes se développer. »

Il ajoute que les symptômes de sevrage sont moins fréquents chez les personnes qui utilisent le cannabis à des fins médicales, sur les conseils d’un médecin.

« C’est pourquoi les patients devraient utiliser le cannabis sous la direction d’un médecin, et pourquoi de nombreux patients qui commencent en tant que consommateurs récréatifs ont plus de difficultés. »

N’attendez pas. Demandez de l’aide dès maintenant.

Obtenir un soutien pour les symptômes de sevrage

Des symptômes de sevrage inconfortables peuvent empêcher les personnes dépendantes ou dépendantes du cannabis de rester abstinentes.

Les traitements couramment utilisés pour le sevrage du cannabis sont soit la thérapie cognitivo-comportementale, soit la thérapie médicamenteuse, dont aucune ne s’est avérée particulièrement efficace.

Les médicaments couramment utilisés sont le dronabinol (qui est du THC synthétique), le nabiximols (qui est du cannabis en spray muqueux, de sorte que l’on ne traite pas réellement le sevrage), la gabapentine pour l’anxiété (qui a de nombreux effets secondaires) et le zolpidem pour les troubles du sommeil (qui a également une liste d’effets secondaires).

Certains chercheurs envisagent le CBD, le composant non-toxique du cannabis, comme traitement du sevrage du cannabis.

Certaines personnes ont de sérieux problèmes avec le cannabis, et en consomment de manière addictive pour éviter la réalité.

D’autres en dépendent à un degré malsain.

Là encore, le nombre de personnes qui deviennent dépendantes ou accros se situe quelque part entre le 0 % que les défenseurs du cannabis croient et le 100 % que les opposants au cannabis citent.

Nous ne connaissons pas le nombre réel, car les définitions et les études ont souffert du manque de pertinence dans le monde réel dont souffrent de nombreuses études sur le cannabis, et parce que la nature de la consommation de cannabis et du cannabis lui-même a évolué rapidement.

Comment savoir si votre consommation de cannabis est un problème ?

Sevrage cannabique : Symptomes, Prévention, Traitement et…
Les utilisateurs de cannabis médical et de marijuana récréative ne se rendent pas forcément compte des maux de tête

La définition standard du trouble de l’usage du cannabis repose sur la présence d’au moins deux des onze critères suivants : prendre plus de cannabis que prévu, passer beaucoup de temps à en consommer, en avoir envie, avoir des problèmes à cause de cela, en consommer dans des situations à haut risque, avoir des problèmes à cause de cela, et avoir une tolérance ou un sevrage après l’arrêt de la consommation.

À mesure que le cannabis devient légalisé et plus largement accepté, et que nous comprenons qu’il est possible d’être tolérant et d’avoir un sevrage physique ou psychologique à de nombreux médicaments sans nécessairement en être dépendant (comme les opiacés, les benzodiazépines et certains antidépresseurs).

Une définition plus simple et plus familière de la dépendance au cannabis serait peut-être plus utile pour évaluer votre consommation de cannabis : une consommation persistante malgré des conséquences négatives.

Si votre consommation de cannabis nuit à votre santé, perturbe vos relations ou interfère avec vos performances professionnelles, il est probablement temps d’arrêter ou de réduire considérablement votre consommation et de consulter votre médecin.

Dans le cadre de ce processus, vous aurez peut-être besoin d’un soutien ou d’un traitement si vous ressentez des symptômes de sevrage inconfortables, ce qui peut rendre l’arrêt de la consommation beaucoup plus difficile.



Qu’en pensez-vous ?

Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous :


Achetez maintenant le CBD pour vous sentir mieux et/ou pour offrir du bien être à vos proches :


Questions les plus souvent posées :

Combien de temps faut-il pour que les récepteurs cannabinoïdes reviennent à la normale ?

Les recherches indiquent que les récepteurs cérébraux appelés récepteurs cannabinoïdes 1 commencent à revenir à la normale après 2 jours sans marijuana, et qu’ils retrouvent un fonctionnement normal dans les 4 semaines suivant l’arrêt de la drogue.

Le CBD présente-t-il des symptômes de sevrage ?

Outre l’envie générale de consommer du cannabis, les symptômes de sevrage peuvent inclure l’anxiété, des difficultés de sommeil, une diminution de l’appétit, l’agitation, une humeur dépressive, l’agressivité, l’irritabilité, la nausée, la transpiration, les maux de tête, les douleurs d’estomac, des rêves étranges, une colère accrue et des tremblements.

Combien de temps faut-il pour se désintoxiquer du CBD ?

Le CBD reste généralement dans votre système pendant 2 à 5 jours, mais cette fourchette ne s’applique pas à tout le monde. Pour certains, le CBD peut rester dans leur système pendant des semaines.

Cet article est utile ? Notez le :

Apprendre

Articles recommandés

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

#cbdshopcalao

Livraison offerte

Dès 60€ d'achat

Paiement sécurisé

Garantie de sécurité

100% Satisfait

Avis garantis

Service client

Service client disponible

0
0
Votre panier
Votre panier est videRetourner sur la boutique